Risques et symptômes de l’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil grave qui peut aggraver votre risque de développer d’autres pathologies chroniques et potentiellement fatales.
La bonne nouvelle est que l’apnée du sommeil est traitable. La première étape pour améliorer votre santé consiste à établir votre profil de risque.

Risques de santé associés à l'apnée du sommeil non traitée

Des études cliniques montrent que les personnes dont l’apnée du sommeil n’est pas traitée courent un risque plus important de développer de graves problèmes de santé :

  • Pression artérielle élevée
    Une personne sur trois souffrant d’une pression artérielle élevée souffre également de l’apnée du sommeil.
    43 % des personnes souffrant de l’apnée du sommeil légère et 69 % des personnes souffrant de l’apnée du sommeil grave font également de la pression artérielle élevée.1
  • Maladies cardiaques
    L’apnée du sommeil peut engendrer un risque plus élevé de maladies cardiaques et d’accident vasculaire cérébral.
    Jusqu’à 76 % des personnes présentant une insuffisance cardiaque stable souffrent également d’apnée du sommeil.2
  • Diabète de type 2
    Presque une personne sur deux présentant un diabète de type 2 souffre également d’apnée du sommeil.3
    Les études montrent que l’apnée du sommeil peut nuire à la capacité du corps à utiliser le glucose et l’insuline.
  • Hypertension
    L’apnée du sommeil est étroitement liée à l’hypertension, indépendamment des autres facteurs de risque.
    83 % des personnes présentant une hypertension pharmaco-résistante souffrent également d’apnée du sommeil.4
  • Accident vasculaire cérébral
    De multiples études ont montré que les personnes apnéiques courent un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral.
    Parmi les personnes ayant récemment souffert d’un accident vasculaire cérébral, plus de 70 % présentaient une apnée du sommeil.5
  • Obésité/surpoids
    L’énergie accrue associée au traitement de l’apnée du sommeil peut vous aider à faire plus d’exercice et entraîner une perte de poids.
    77 % des personnes obèses souffrent également d’apnée du sommeil.6
apnée-du-sommeil-et-accidents

L'apnée du sommeil augmente le risque d'accidents de la circulation

Saviez-vous que les personnes apnéiques sont 5 fois plus susceptibles de provoquer un accident de la circulation que les personnes dont le sommeil est normal ?7

Une étude de l’American Academy of Sleep Medicine a conclu que le syndrome d’apnée obstructive du sommeil est associé à un risque accru d’accidents de la route. Toutefois, lorsque l’apnée du sommeil est l’objet d’un traitement par PPC efficace, ce risque est réduit.

Qui est susceptible de développer l'apnée du sommeil ?

L’apnée du sommeil peut affecter n’importe qui, y compris les enfants. Si vous souffrez du syndrome d’apnée obstructive du sommeil, vous faites partie d’une communauté de patients immense. D’après les plus récentes recherches scientifiques8, plus de 936 millions de personnes en sont atteintes à l’échelle mondiale. Ce chiffre, publié pour la première fois par la plus importante publication au monde en matière de santé respiratoire, est presque 10 fois plus important que les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, pour qui le nombre de patients dépassait 100 millions en 2007. On estime que plus de 80 % des personnes atteintes ne sont pas diagnostiquées1 et sont par conséquent privées d’un traitement potentiellement salvateur. Il existe également plusieurs différences considérables entre les sexes en matière de symptômes, de diagnostic, de conséquences et de traitement du SAOS.

Vous êtes plus susceptible de développer l’apnée du sommeil si :

  • vous êtes en surpoids ou obèse, en particulier si la circonférence de votre cou est importante9
  • vous appartenez à une tranche d’âge plus élevée1 vous êtes un homme ou une femme ménopausée1
  • vous prenez des sédatifs comme des somnifères ou des tranquillisants11
  • vous êtes un fumeur ou vous consommez de l’alcool en soirée12
  • vous avez une parenté proche avec des personnes ayant des antécédents en matière d’apnée du sommeil13
  • vous souffrez de congestion nasale ou vous avez certaines caractéristiques physiques comme des voies aériennes rétrécies ou une langue élargie14

Références  

    1. Young T et al., “Sleep Disordered Breathing and Mortality: Eighteen-Year Follow-up of the Wisconsin Sleep Cohort” Sleep (2008): 1071-1078. 
    2. Oldenburg O et al. “Sleep-disordered breathing in patients with symptomatic heart failure: a contemporary study of prevalence in and characteristics of 700 patients.” Eur J Heart Fail (2007):251-7. 
    3. Einhorn D, et al., “Prevalence of sleep apnea in a population of adults with type 2 diabetes mellitus,” Endocr Pract (2007): 355-62. 
  1. Logan AG et al., “High prevalence of unrecognized sleep apnoea in drug-resistant hypertension,” J Hypertens (2001):22271-7. 
  2. Bassetti CL et al., “Sleep-disordered breathing and acute ischemic stroke: diagnosis, risk factors, treatment, evolution, and long-term clinical outcome,” Stroke (2006): 967-72. 
  3. O’Keeffe & Patterson, “Evidence supporting routine polysomnography before bariatric surgery,” Obes Surg (2004):23-6. 
  4. Karimi M1, Hedner J1, Häbel H2, Nerman O2, Grote L1. Sleep apnea-related risk of motor vehicle accidents is reduced by continuous positive airway pressure: Données du registre suédois sur les accidents de la circulation. Sleep. 2015 Mar 1;38(3):341-9. doi: 10.5665/sleep.4486. 
  5. Benjafield et al. Estimation of the global prevalence and burden of obstructive sleep apnoea: a literature-based analysis. Lancet Respiratory Medicine 2019. http://dx.doi.org/10.1016/S2213-2600(19)30198-5. 
  6. Mokhlesi, B., Obesity hypoventilation syndrome: a state-of-the-art review. Respir Care, 2010. 55(10): p. 1347-62; discussion 1363-5. 
  7. Wimms, A., et al., Obstructive Sleep Apnea in Women: Specific Issues and Interventions. Biomed Res Int, 2016. 2016: p. 1764837. 
  8. Webster, L.R., et al., Sleep-disordered breathing and chronic opioid therapy. Pain Med, 2008. 9(4): p. 425-32 
  9. Wetter, D.W. and T.B. Young, The relation between cigarette smoking and sleep disturbance. Prev Med, 1994. 23(3): p. 328-34. Scanlan et al. Effect of moderate alcohol upon obstructive sleep apnoea. Eur Respir J. 2000; 16. 
  10. Casale, M., et al., Obstructive sleep apnea syndrome: from phenotype to genetic basis. Curr Genomics, 2009. 10(2): p. 119-26. 
  11. Deacon, N.L., et al., Treatment of Obstructive Sleep Apnea. Prospects for Personalized Combined Modality Therapy. Ann Am Thorac Soc, 2016. 13(1): p. 101-8.