Options de traitement pour le SAOS

Parmi les différentes options de traitement du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS), on trouve les trois formes de traitement par pression positive (PAP), un traitement utilisant un dispositif intra-oral, et un traitement alternatif.

Traitement par pression positive

AirSense_AirFit P10-ResMed

Le traitement par pression positive est le moyen le plus efficace pour traiter le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS). En formant une “attelle pneumatique” pour les voies aériennes supérieures, le traitement par pression positive empêche le rétrécissement et l’affaissement des tissus mous des voies aériennes. L’air pressurisé est envoyé par un appareil de traitement vers les voies aériennes supérieures, par l’intermédiaire d’un circuit respiratoire et d’un masque.

Les patients souffrant d’apnée du sommeil sévère arrivent à passer de bonnes nuits de sommeil grâce au traitement par pression positive. Vous trouverez plus d’informations sur les différents types de traitement par pression positive ci-dessous.

Le traitement par pression positive peut être administré de différentes façons :

  • par traitement par pression positive continue (CPAP) : air sous pression en fonction d’une pression unique
  • par traitement par pression positive automatique (APAP) : niveaux d’air ajustés automatiquement en fonction de la respiration du patient (convient aux patients souffrant d’apnées du sommeil pendant le sommeil paradoxal ou d’apnées positionnelles ou aux patients non observants avec un traitement CPAP classique)
  • par traitement à deux niveaux de pression (bilevel) : une pression inspiratoire plus élevée et une pression expiratoire plus faible (adapté pour certains patient non observants)

Un traitement utilisant un dispositif intra-oral

Un dispositif intra-oral, aussi appelé orthèse d’avancée mandibulaire (OAM), est proposé comme traitement de première intention pour le syndrome de l’ apnée obstructive du sommeil (SAOS) léger à modéré et comme traitement de deuxième intention pour le SAOS sévère. Les patients SAOS non-observants au traitement par pression positive ou qui refuse ce type de traitement utilisent souvent des dispositifs intra-oraux comme traitement alternatif. Certains patients SAOS préfèrent les dispositifs intra-oraux car ils sont non invasifs, faciles à porter et à transporter.

Les dispositifs intra-oraux maintiennent la mâchoire inférieure en position avancée pendant le sommeil afin de réduire l’affaissement des voies aériennes et d’augmenter l’espace derrière votre langue afin d’éviter les apnées et les ronflements.

Options de traitement alternatif

La chirurgie est également une alternative possible pour traiter le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS), même si elle présente des risques et des complications potentiels. L’uvulo-palato-pharyngoplastie (UPP), l’intervention chirurgicale la plus couramment pratiquée pour le traitement du SAOS aux États-Unis, permet dans un premier temps d’atténuer les ronflements. À long terme, l’UPP guérit les ronflements chez 46 à 73 % des patients ayant subi cette intervention.1

Risques associés au SAOS non traité

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) non traité peut engendrer toutes sortes de complications et de sérieux risques pour la santé. Trouver le traitement adéquate pour votre patient permet d’améliorer les niveaux d’observance et de diminuer les risques associés.

En savoir plus sur les options de traitement

Dotés d’une connectivité sans fil, les appareils de soins respiratoires et de sommeil de ResMed transmettent les données de traitement des patients à AirView, pour un suivi à distance et des réglages personnalisés.

En savoir plus

ResMed propose des options de traitement pour les personnes ronflant par la gorge et qui souffrent d’apnée du sommeil, ainsi que pour celles qui ne souffrent pas d’apnée du sommeil.

En savoir plus

La ventilation auto-asservie (VAA ou ASV en anglais)* est un choix approprié pour traiter la plupart de ces patients plus complexes.

En savoir plus

Références :

* L’ASV est contre-indiquée dans l’insuffisance cardiaque chronique symptomatique (classe NYHA 2-4) à fraction d’éjection du ventricule gauche ≤ 45% et SAS central prédominant (≥50% d’événements centraux).

  1. Kashima ML (2007). Selected disorders of the nose and throat: Epistaxis, snoring, anosmia, hoarseness, and hiccups. In NH Fiebach et al., eds., Principles of Ambulatory Medicine, 7th ed., pp. 1849–1864. Philadelphia: Lippincott Williams and Wilkins.
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]