Dépistage et diagnostic

ResMed s’engage à partager ses connaissances approfondies concernant le dépistage du syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS). Si votre patient présente des symptômes de troubles respiratoires du sommeil, nous pouvons vous aider à le diriger précisément pour un diagnostic de SAOS

Dépistage du SAOS

Évaluer

Reconnaître et identifier certains des symptômes courants du syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS)

Dépister

Demander à votre patient d’entreprendre un test de dépistage de l’apnée du sommeil en complétant un questionnaire sur les symptômes ou en utilisant un appareil de dépistage à domicile.

Orienter

En fonction des résultats du dépistage, recommander une étude du sommeil à votre patient afin de surveiller et de déterminer la gravité de son SAOS.

Les études du sommeil

Selon la réglementation en vigueur dans votre pays, les études du sommeil peuvent être réalisées au domicile du patient ou dans un laboratoire du sommeil.

Au cours d’une étude du sommeil, la respiration, les mouvements et les réponses corporels de votre patient sont contrôlés pendant la nuit afin de déterminer s’il souffre de troubles du sommeil tels que les apnées du sommeil.

Vous trouverez ci-dessous des informations que vous pouvez communiquer à vos patients sur le déroulement d’une étude du sommeil.

sleep-study-in-a-clinic-resmed

En milieu hospitalier

En clinique, en hôpital ou en laboratoire du sommeil, les membres du personnel placeront des capteurs sur le corps de votre patient afin de surveiller son sommeil.

Des capteurs sont placés :

  1. Sur la tête pour mesurer les signaux électriques émis par le cerveau ;
  2. Près de vos paupières afin de mesurer les mouvements des yeux et sur le menton pour déterminer si le patient se trouve ou non en phase de sommeil paradoxal ;
  3. Sur le torse pour contrôler l’activité cardiaque
  4. Sur les jambes pour contrôler l’activité musculaire

Les patients seront également équipés :

  • d’une canule nasale pour surveiller la respiration ;
  • d’un oxymètre placé sur un doigt pour enregistrer les niveaux d’oxygène ;
  • de bandes autour du torse et de l’estomac pour mesurer l’effort respiratoire.

Avec l’accord de votre patient, le personnel peut également demander à filmer l’étude du sommeil afin d’obtenir d’autres informations concernant le comportement du patient pendant son sommeil.

Pour la réalisation de ce type d’étude, il sera demandé à votre patient de passer la nuit au sein de l’établissement. Il devra donc emmener tout ce dont il peut avoir besoin pour sa routine du coucher habituelle, y compris un pyjama et des affaires de toilette.

sleep-study-screening-at-home-resmed

À domicile

Il existe deux types de préparation pour une étude du sommeil à domicile :

  1. La préparation à domicile est similaire à celle pratiquée en clinique, en hôpital ou en laboratoire du sommeil, le confort et l’avantage pour le patient d’être à son domicile en plus. En général, pour une étude du sommeil à domicile, le patient sera équipé d’un nombre plus faible de capteurs que pour une étude en milieu hospitalier, car ce sont essentiellement les informations concernant la respiration qui sont enregistrées. Avant la nuit de l’étude, un médecin spécialiste du sommeil aura montré à votre patient comment appliquer les capteurs et les moniteurs, et comment utiliser l’appareil d’enregistrement pendant la nuit.
    La nuit de l’étude du sommeil, le patient suivra simplement sa routine du coucher habituelle et se préparera à aller se coucher, en attachant tous les équipements comme le médecin le lui a montré, puis il démarrera l’enregistrement. Le matin, le patient retirera tous les équipements comme indiqué et rapportera l’appareil d’enregistrement à la clinique, à l’hôpital ou au laboratoire du sommeil.
  2. Une étude du sommeil peut être réalisée à l’aide de l’ApneaLink™ Air de ResMed, un appareil de dépistage à domicile compact, léger et simple d’utilisation. L’ApneaLink Air est capable d’enregistrer jusqu’à cinq canaux d’informations : l’effort respiratoire, le pouls, la saturation en oxygène, le débit nasal et le ronflement (ainsi que la position du corps dans AirView).

Il calcule également la probabilité d’une respiration de Cheyne-Stokes (RCS) dans l’enregistrement, permettant ainsi de différencier de manière précise les apnées obstructives et centrales. Les résultats de votre patient peuvent ensuite être analysés plus en détails le jour suivant en clinique, à l’hôpital ou dans un laboratoire du sommeil. Le rapport de l’ApneaLink fournit une analyse détaillée des signaux et rationalise le processus de soins pour les professionnels de santé. Les résultats des appareils de dépistage à domicile ResMed sont également compatible avec AirViewTM, une solution logicielle complète de diagnostic destinée aux laboratoires du sommeil.

Le dépistage à domicile est maintenant facile grâce à nos appareils de dépistage compacts, économiques et fiables. Plus d’informations sur les solutions suivantes :

  • ApneaLink Air : appareil compact de dépistage à domicile
  • Nox-T3 : moniteur de sommeil portable

Que mesurent les études du sommeil ?

L’étude du sommeil indiquera, entre autres choses, la sévérité des troubles de votre patient, qui est déterminée en fonction de l’index d’apnées/hypopnées (IAH).

Mesuré pendant l’étude du sommeil, l’IAH fait référence au nombre d’apnées et d’hypopnées dont souffre votre patient par heure.1

Sévérité IAH (par heure)
Normale < 5
Légère 5 à < 15
Modérée 15 à < 30
Sévère > 30

En plus de l’IAH du patient, le diagnostic prendra également en compte la désaturation en oxygène du patient et en cas de SAOS, la somnolence diurne excessive.

Après réception des résultats de l’étude du sommeil de votre patient, vous pouvez aborder avec lui sa pathologie (le cas échéant), sa gravité, les effets possibles sur sa santé et les options de traitement.

 

Références :

  1. American Academy of Sleep Medicine, Sleep-related breathing disorders in adults: recommendations for syndrome definition and measurement techniques in clinical research. The Report of an American Academy of Sleep Medicine Task Force. Sleep, 1999. 22(5): p.667-89.